image Parmi_newsletter410804.png (2.5MB)



L’agroécologie

... fondée sur la conception de systèmes innovants valorisant les fonctionnalités écologiques des agrosystèmes, constitue une réponse aux enjeux de l’agriculture à travers le monde : produire et fournir des services écosystémiques dans un contexte de moindre disponibilité des intrants et d’accroissement des incertitudes (changement climatique etc.).
Un des principaux freins à la transition agroécologique est la construction et la transmission de connaissances sur les processus écologiques, sur les raisonnements et les pratiques permettant de les mobiliser en situation agricole en fonction du contexte local.

Objectifs du projet PARMI

• de construire une offre de formation numérique en agroécologie fondée sur une forte interdisciplinarité (agronomie, écologie, sciences économiques et sociales, sciences biologiques) et sur l’intégration de connaissances scientifiques, techniques et opérationnelles ;
• d’utiliser ces ressources numériques dans 5 situations au Nord et au Sud : (i) une école chercheur internationale, des formations de Master et d’école doctorale (ii) à Montpellier SupAgro et (iii) à l’Université d’Antananarivo, (iv) des formations de l’enseignement technique agricole (v) un MOOC destiné à un large public.
Ces situations d’usage des ressources numériques sont conçues pour être des lieux de création de nouvelles ressources, de partenariat N-S et enseignement technique - supérieur, permettant ainsi de renforcer le dispositif de co-construction des ressources et la mutualisation des connaissances.


Le projet

Le projet, qui commence en octobre 2014 pour une durée de 2 ans, rassemble 7 unités de recherche travaillant sur l’agroécologie, 3 Départements et 2 instituts de Montpellier SupAgro et 3 partenaires de l’Université d’Antananarivo. Il s’appuie sur les compétences en ingénierie pédagogique et e-learning de l’équipe TICE & Pratiques Pédagogiques de Montpellier SupAgro.

Il est coordonné par Stéphane de Tourdonnet (agronome) et Marie-Laure Navas (écologue) avec l’aide d'Aurélie Javelle (anthropologue) , de Lala Harivelo Ravaomanarivo (entomologiste), Tantely Razafimbelo-Andriamifidy (science du sol) et Sarah Clerquin (ingénieure pédagogique).