Institut d'éducation à l'agro-environnement de Florac

L'institut

Historique

Etablissement fondateur : Le Centre d’expérimentation pédagogique de Florac (CEP Florac)


Années 60
Les locaux abritent une école ménagère qui a pour mission de préparer les jeunes filles au Brevet d’Apprentissage Agricole et au Brevet Professionnel Agricole.
En 1968, elle est transformée en CFPAJ (Centre de Formation Professionnelle Agricole pour Jeunes).

Mai 1970
Annie et Pierre CORREGE, Florence et Hubert GUERIN, Colette et Georges LE BRIS mettent en œuvre au VVF de Florac le tout premier stage du futur C.E.P.
Cette session d' "Etude du milieu" est réalisée dans le cadre de la formation initiale des futurs professeurs de l’enseignement agricole. Elle est alors sous la responsabilité des enseignants de l’ENFA de Toulouse.

Le bilan de cette action, auquel participent Monsieur le Sous-préfet de Florac, Monsieur Maurice MARSHALL – directeur de l’INRAP (Institut National de Recherches Agronomiques Pédagogiques)
Monsieur Maurice CHARLES – Inspecteur de l’Education Physique au Ministère de l’Agriculture,
sera l’occasion d’annoncer officiellement la création du Centre d’Expérimentation Pédagogique de Florac, antenne de l’I.N.R.A.P de Dijon....

Septembre 1971
Nomination au poste de directrice du C.E.P. de Marianne CANAL, ingénieur en agronomie.

13 février 1974
Le C.E.P. devient un Etablissement Administratif doté de l’Autonomie Financière. Le C.F.P.A.J. de Marvejols et le C.F.P.A.J. de Florac lui sont rattachés.
Les premières formations continues au bénéfice des agriculteurs sont mises en place :

  • préparation du B.P.A. (Brevet Professionnel Agricole)
  • préparation de trois certificats spécialisés en Économie, Zoologie, Phytotechnie.

Septembre 1976
Nomination de Claude BENOIS au poste de directeur. Fonction qu’il assumera jusqu’en 1981.

Durant cette période, l’équipe s’attache à formaliser davantage ses pratiques. Ce travail considérable est initié grâce aux compétences, à l’expérience et à la culture de Claude BENOIS.
Grâce aux travaux du C.E.P. et du C.F.P.P.A. et en référence aux publications de Gaston BACHELARD, l’utilisation pédagogique du paysage prend un nouvel essor :
 - valorisation des réflexions sur l’importance de l’imaginaire dans l'approche paysagère ,
 - développement des formations « Tourisme rural ».

Les méthodes pédagogiques innovantes investissent le champ des formations continues : mémoire de fin de session, travaux de recherche en groupe, etc.

Les financements spécifiques « Femmes Actives » permettent de mobiliser les compagnes d’agriculteurs. Des formations à l’accueil et à la valorisation du patrimoine naturel et culturel leur sont proposées.

Les sessions de formation pour les enseignants sont réduites de quinze à cinq jours. Même s'il permet de toucher plus d'enseignants, ce changement rend les sessions beaucoup plus superficielles.

Septembre 1981
Joël TARAUD remplace Claude BENOIS à la direction du C.E.P.
Les bâtiments du C.E.P. subissent de nombreuses transformations :

  •  déménagement et mise aux normes de la cuisine au rez de chaussée,
  • création du Centre de Documentation,
  • transformation d’un logement de fonction en chambres individuelles,
  • création et développement du secteur informatique et multimédia,
  • aménagement des combles en chambres collectives et dortoirs...

Ces transformations vont améliorer les conditions de travail des formateurs, les conditions de travail des personnels de l'établissement, et l'accueil des enseignants stagiaires en constante augmentation.

C’est également à cette époque que le CEP/CFPPA développe des compétences pour l’insertion et pour l’accueil en formation des publics en difficultés.

Le décret 85 – 359 du 20 mars 1985 pris en application de la loi de décentralisation a maintenu le C.E.P.,

1994
La DGER (Direction Générale de l'Enseignement et de la Recherche) affirme son intérêt pour l'établissement. Le C.E.P. rejoint alors le système national d’appui à l’enseignement agricole. La nécessité de développer l’interdisciplinarité et le travail en équipe pour permettre la rénovation de l’enseignement agricole est soulignée. Le C.E.P. développe alors : les approches territoriales, le développement local et la pluri-activité, l’installation diversifiée dans les zones sensibles,

Un secteur spécifique est créé pour gérer et développer les relations avec l’Europe.

Fin des années 90

Nomination de Georges LE BRIS au poste de directeur du CEP/CFPPA. La Bergerie nationale de Rambouillet et le CEMPAMA de Beg-Meil  passent sous la responsabilité directe de l'Etat.

1997
L'établissement se scinde en deux structures distinctes :

  • l'une rattachée à la Région Languedoc-Roussillon, le CFPPA Florac Causses Cévennes,
  • l'autre, gardant le statut d’Établissement Public National, le CEP de Florac, sous la tutelle de la DGER du Ministère de l'Agriculture. 

2007

Création de Montpellier SupAgro, en janvier 2007, né de la fusion de quatre établissements :
- Ecole nationale supérieure agronomique de Montpellier (ENSA.M), Agro.M
- Centre national d’études agronomiques des régions chaudes (CNEARC)
- Département industries agroalimentaires régions chaudes de l’École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires (ENSIA-SIARC)
- Centre d’expérimentations pédagogiques de Florac (CEP Florac)

Date de dernière mise à jour : 15/01/2016