Institut des hautes études de la vigne et du vin

La recherche

Journées scientifiques

8e Journée Scientifique de la Vigne et du Vin

8e Journée Scientifique de la Vigne et du Vin
Gestion du sol et de l'eau en viticulture

18 Mars 2016
Campus de la Gaillarde à Montpellier • Amphithéâtre Ph. Lamour

La Journée Scientifique de la Vigne et du Vin est une journée destinée aux professionnels de la filière viti-vinicole attentifs aux avancées de la recherche et aux innovations auxquelles elles peuvent conduire. Elle a pour objectif de présenter une veille technologique, en un temps réduit, sur un nombre important de problématiques principalement viticoles mais aussi œnologiques et économiques.

Elle est organisée par l’Institut des Hautes Etudes de la Vigne et du Vin de Montpellier SupAgro et les Unités Mixtes de Recherche (UMR) du campus de Montpellier qui travaillent sur la vigne et le vin.

Les thématiques traitées sont organisées autour de 3 grandes disciplines : viticulture, œnologie, économie et en 2016, la viticulture sera plus particulièrement mise en avant sous deux aspects :

MIEUX CONNAITRE LES SOLS POUR ADAPTER LES PRATIQUES VITICOLES

Le sol est une ressource rare à l'échelle mondiale d’autant plus rare qu’elle est soumise à de nombreuses dégradations. Ces dégradations sont pour partie liées à des pratiques inappropriées, souvent en lien à une gestion inadaptée de la ressource.

Comme les autres productions, la production viti-vinicole, doit relever le défi d’une gestion attentive aux ressources naturelles. Adopter des pratiques qui garantissent le maintien de la qualité́ des sols est une condition importante pour maintenir les rendements et atteindre les niveaux de qualité attendus, même pour des conditions futures changeantes : changements climatiques, changements sociaux et économiques.

RAISONNER LA GESTION DE L' EAU AU VIGNOBLE, DE LA PARCELLE AU BASSIN VERSANT

L’eau qui constitue, en interaction avec les sols, une ressource particulièrement déterminante pour la production viticole, doit répondre à des préoccupations de plus en plus complexes.

Elle doit être disponible en quantité suffisante à certaines phases cruciales du cycle de production, encore insuffisamment connues. A l’opposé, des solutions doivent être trouvées pour éviter les effets potentiellement néfastes d’une pluviométrie ou d’une irrigation excessive. Par ailleurs, l’eau joue un rôle essentiel dans le devenir des reliquats d’intrants (fertilisants, phytopharmaceutiques). Dans un contexte réglementaire évolutif qui contraint l’ensemble de ces aspects liés à l’eau, une adaptation appropriée des pratiques devient essentielle.


Inscription en ligne

Date de dernière mise à jour : 21/03/2016