La PAC et l’environnement

environnement pdf

Quel est l’impact de l’agriculture sur l’environnement?

Si une agriculture trop intensive peut nuire à l’environnement en contribuant à la pollution des eaux et des sols, à l’épuisement des ressources et à la destruction des habitats et de la biodiversité, des systèmes agricoles moins intensifs, faisant un usage raisonné des intrants et s’appuyant sur les services des écosystèmes peuvent être des éléments importants de la préservation de l’environnement.

Comment la PAC contribue-t-elle à la protection de l’environnement ?

Durant les premières décennies de la PAC, ce sont les gains de productivité qui ont été encouragés, souvent au détriment de l’environnement. Les aides couplées à la production ont en effet incité les agriculteurs à rechercher les gains de rendement. La hausse durable du coût des intrants suite au choc pétrolier de 1973, l’évolution de la demande des citoyens et des consommateurs, et la prise de conscience des agriculteurs de la nécessité de mieux préserver les écosystèmes ont fait évoluer les pratiques et les politiques. Dans la PAC, une attention croissante a été portée à l’environnement. Le découplage progressif des aides depuis 1992, qui a coupé le lien entre le montant des aides reçues par un agriculteur et ses rendements, a limité les efforts d’intensification. La PAC s’est aussi dotée d’instruments spécifiques comme les mesures agro-environnementales introduites en 1992, l’éco-conditionnalité en 2000, et enfin, le verdissement dans la réforme de 2014.

L’environnement dans la PAC 2014-2020

Il est prévu d’investir plus de 100 milliards d’euros entre 2014 et 2020 pour aider l’agriculture à faire face au défi de la qualité des sols, de l’eau, de la biodiversité, du changement climatique :

  • « Verdissement » : 30% des paiements directs seront liés au respect de trois pratiques agricoles bénéfiques pour l’environnement : diversification des cultures, maintien de prairies permanentes et préservation de 5% puis 7% de zones d’intérêt écologique à partir de 2018, ou de mesures jugées au moins équivalentes en termes de bénéfices pour l’environnement.
  • Au minimum 30% du budget des programmes de développement rural devront être alloués à des mesures agro-environnementales, à des soutiens à l’agriculture biologique ou à des projets liés à des investissements ou des mesures d’innovation favorables à l’environnement.
  • Les mesures agro-environnementales et climatiques seront renforcées. Elles devront être complémentaires aux pratiques soutenues dans le cadre du verdissement. Ces programmes devront être plus ambitieux et donc plus efficaces en termes de protection de l’environnement.

Pour en savoir plus sur :

Impact de l’agriculture et de la PAC sur l’environnement

Les mesures agro-environnementales

L’impact attendu de la PAC 2014 sur l’environnement : questions et débats

feed-icon