Un total de 2 pages ont été trouvées avec le mot clé Dynamisme.

Facile

[Brise Glace] - Jeu dynamiseur

Le brise-glace est une méthode qui permet de réveiller un public, de le stimuler et de l’inciter à prendre la parole. Il est très simple à mettre en place et ne demande très peu de préparation en amont.

[Brise Glace] - Jeu dynamiseur

Taille du groupe : Groupe (10-15 personnes), Salle de cours (20-30 personnes), Amphithéâtre, grand groupe

Modalité : Présentiel

Durée de la méthode pédagogique : Dans une séance

Matériel particulier : Une grande salle adaptée à des déplacements

Type de savoir/Connaissance développée : Savoir-être/Attitude

Public visé : Etudiants, Professionnels en formation

Type de cours : TD, Cours

Temps de préparation :Négligeable

Auteur : Nathalie Agbagla

Pourquoi j'utilise cette technique ?

Pour mes apprenants

Faciliter le contact entre des personnes qui ne se connaissent pas ou peu.

  • Les participants sont par la suite « connectés » et ont plus de facilité à dépasser la crainte de parler en groupe.
  • Ils sont stimulés, leur curiosité est éveillée, les participants sont plus dynamiques et attentifs pour la suite de la séance.

Pour moi enseignant formateur :

Le fait de perturber les étudiants en les incitants à marcher dans la pièce, à contre-sens de leurs habitudes, installe progressivement une bonne humeur et une ambiance de bienveillance au sein du groupe. Il enlève également de la distance avec l’enseignant qui le propose, s’il participe.

Cadre et étapes / Consignes / Instructions

Le cadre :

Il se propose souvent en début de formation afin de faciliter la première prise de contact entre les apprenants. Il peut être proposé à tout moment quand le formateur observe une inertie des participants (comme c’est le cas dans l’exemple développé ici).

Préparation:

Une pièce assez grande est nécessaire pour permettre les déplacements des participants. Par exemple, il est plutôt difficile de le mettre en place en amphi en raison de l’agencement contraint de l’espace. Déplacer si besoin les tables et chaises sur les côtés de la salle en amont ou le demander aux participants. Il est également possible de créer des « méandres » ou des obstacles pour éviter l’écueil des déplacements en cercles moins productifs du point de vue de l’objectif de la méthode.

Déroulement

  1. Le formateur leur demande dans un premier temps de se déplacer dans toute la salle en silence.
  2. Puis il ajoute progressivement différentes consignes.
  3. Par exemple, se regarder dans les yeux quand ils se croisent.
  4. Enfin, ils doivent se regarder, se sourire et se dire bonjour !

Evaluation

Il n’y a pas de méthode pour mesurer l’impact du Brise-glace Dynamiseur. Le simple fait d’observer les participants permet cependant de constater s’il est efficace.

Au début de la méthode pédagogique, s’ils sont déboussolés et perdus, c’est que le premier palier de l’objectif est atteint. Ensuite, le formateur doit être attentif et regarder si les interactions se sont améliorées en quantité (plus de participation) et qualité (bienveillance, écoute).

Variantes :

Variantes de consignes possibles :

  1. Demander aux participants de se toucher le petit doigt en se croisant, dire quelque chose, se serrer la main ou se faire des « hugs ». Dans ce dernier cas, s’assurer au préalable que c’est acceptable par les participants ou l’amener progressivement, et respecter ceux qui ne veulent pas le faire.
  2. Quand les participants sont nombreux (un amphi plein), les séparer en deux groupes permet au formateur de gérer la situation du grand nombre et la contrainte de l’espace. De ce fait, l’effet de masse est diminué. Pendant qu’un groupe est levé, l’autre moitié de l’amphi suit des consignes différentes.
  3. Par exemple, si les personnes debout ont une consigne de silence, ceux qui sont assis doivent discuter haut et fort.
  4. Également possible : pendant que les uns vont en sens horaire, les autres vont en sens contraire ; certains disent bonjour, les autres répondent par un sourire, etc.

Les possibilités sont nombreuses et laissent une bonne part de créativité au formateur !

Points de vigilance :

Faire attention à la taille du groupe, les limites individuelles, les « us et coutumes »…

Et si ca ne marche pas ?

Si ça ne marche pas, il faut vite s’en rendre compte et s’adapter à son public. Cela demande observation et perception.


Par exemple, proposer une autre consigne plus en adéquation et arrêter plus tôt que prévu. Enchainer avec une autre pratique pédagogique, mais il faut soit l’avoir préparé, soit le maîtriser. Il est également possible de proposer un débriefing rapide à la fin de la pratique pédagogique pour remobiliser les participants.



Témoignages

Témoignages Utilisateurs :

Cette méthode crée une bonne ambiance. Les étudiants sont d’abord surpris, voire incrédules, puis finissent par se prendre au jeu. J’avais plus de répondant de leur part pendant toute la suite du cours !

Témoignages Apprenants :

Ce type de cours était assez original et beaucoup plus motivant qu’un simple cours magistral !

Imprimez la fiche

Facile

Introduire ses cours et sa matière (ou une formation)

Introduire ses cours, sa formation ou sa matière est important même si cela peut sembler inutile parfois. L'idée est de permettre aux apprenants de saisir l’utilité de ces séances qu’il va suivre et de leur expliquer comment les séances vont se dérouler. Cela permet de motiver les apprenants et d’améliorer leur posture face aux cours qui vont suivre.

Introduire ses cours et sa matière (ou une formation)

Taille du groupe : Petit groupe (4-5 personnes), Groupe (10-15 personnes), Salle de cours (20-30 personnes), Amphithéâtre, grand groupe

Modalité : Présentiel

Durée de la méthode pédagogique : Dans une séance, Une séance entière

Type de savoir/Connaissance développée : Savoir-être/Attitude

Public visé : Etudiants, Professionnels en formation

Type de cours : Cours

Temps de préparation :1h la première fois

Auteur : Pas d'auteur

Pourquoi j'utilise cette technique ?

Pour mes apprenants

Dans une relation pédagogique il est important que la place et le rôle de chacun soient clairement définis. Cela pose les bases de la relation au sein du groupe. C’est ce que permet cette introduction. Elle permet aussi d’amener l’apprenant à se questionner sur sa présence dans ce cours, sur ce que le cours va lui apporter. Ainsi il sera plus impliqué, plus motivé.

Cela a aussi un petit côté brise-glace grâces aux interactions.

Pour moi enseignant formateur :

Cela permet de voir un peu le groupe qu'il y a en face, de connaître ses attentes mais aussi ses a priori à propos de la matière. Et une fois encore avoir défini le rôle de chacun et avoir expliqué aux apprenants la démarche pédagogique est important.

Cadre et étapes / Consignes / Instructions

Le cadre :

Cette introduction ne peut être utile que si l'enseignant va avoir d'autres cours avec ce même groupe, sur le même sujet/la même matière. Cela se prête bien à des cours qui se font sur toute l'année (ou presque). Par exemple, un cours de langue vivante (anglais). Il faut alors faire l'introduction lors du tout premier cours avec les apprenants.

Préparation:

Il n'y a pas de matériel particulier, cela dépend de la forme sous laquelle vous voulez faire votre introduction. Vous pouvez ne rien utiliser, utiliser un diaporama (il faut alors un vidéo-projecteur et le câble approprié), utiliser un tableau, utiliser des paperboard, … etc.

Déroulement

Avant de se lancer dans cette introduction, il faut bien sûr se présenter, et pourquoi ne pas aussi faire un brise-glace avec le groupe, ou juste un tour des prénoms (si la taille du groupe le permet).

LES ÉTAPES

Si le groupe est de relativement petite taille, on peut commencer par demander à tout le monde de compléter ces 3 phrases: pendant les cours j'aimerais …, je n'aimerais pas trop ..., à la fin de tous les cours je veux … Et chacun donne ses réponses tour à tour. Si le groupe est trop grand, il y a des alternatives possibles (cf Variantes).

Puis on va poser 3 questions introspectives aux apprenants:

  • Qu’est-ce que je (l’apprenant) fais là ? (alors que je pourrais être dans mon lit)
  • A quoi ça me sert d’assister à ce cours ?
  • A quoi peut servir un enseignant ? (alors que j’ai mon ordinateur et accès à internet).

On pose la première question. On demande ensuite au groupe d’apprenants un début de réponse. Si personne ne prend la parole, ne pas hésiter à désigner quelqu'un. Puis l'enseignant apporte lui aussi des éléments de réponse préparés à l’avance. Cela peut-être sous plusieurs formes: une réponse simple, des anecdotes ou plus ludique comme un quiz pour attirer l'attention sur certains points, … Puis avec une petite phrase de transition on passe à la deuxième question et on recommence, et on refait la même chose avec la troisième question.

  • Première question : Qu'est-ce que je fais là ?

Il s’agit de montrer l'intérêt d'une telle matière/de tels cours pour le plaisir personnel de l'apprenant/sa culture générale/son parcours professionnel.

  • Deuxième question : A quoi ça me sert ?

En continuité avec l'utilité de la matière/des cours pour le parcours professionnel de l'apprenant, il faut mettre en évidence l'importance des connaissances/savoirs-faire/ savoirs-être que l'apprenant va acquérir, en quoi cela va lui être utile, en quoi cela est déjà utile à d'autres qui ont fait le même parcours.

  • Troisième question : A quoi bon avoir un enseignant ?

Il est vrai que les nouvelles technologies, internet en particulier peuvent remettre en question son utilité et pourtant elle est très peu questionnée et le rôle d’un enseignant est rarement défini, comme si c'était une évidence. Cette question permet de remettre clairement les choses à plat et d’introduire la logique et la méthode pédagogique qui sera utilisée tout au long des cours.

ET APRÈS

Pour les cours suivants, il est important de suivre la pédagogie annoncée durant cette introduction, mais cela est assez évident.

Evaluation

L'impact sur les apprenants est difficile à apprécier. C'est à vous, enseignant de sentir si la posture que prennent ensuite les apprenants face à l'enseignement est celle recherchée ou non. Dans le cas contraire, il faut peut-être reprendre un peu l’introduction.

Discuter avec les apprenants de cette introduction, ce qu'ils en ont pensé, s'ils ont des remarques, … peut être intéressant également.

Variantes :

Pour la première partie avec les 3 questions (pendant les cours j’aimerai, …), si le groupe d'apprenants est important, peut être faite autrement (sinon cela prendrait trop de temps). Tout dépend de ce que vous, enseignant, souhaitez en faire. Si la question est purement rhétorique (votre programme et votre pédagogie sont déjà établis et vous ne les changerez pas) alors au lieu de demander à tout le monde de répondre à la question il suffit de demander à un petit nombre d'apprenants, volontaires ou désignés au hasard d’y répondre. Si vous souhaitez réellement avoir une vision nette des attentes du groupe, vous pouvez leur demander d'écrire leur réponse sur une feuille que vous ramasserez. Vous pouvez aussi faire les deux: leur faire répondre sur un papier puis interroger quelques apprenants, mais cela prend un peu plus de temps.

Cette méthode peut aussi être utilisée en introduction d'une formation. L'idée est alors de faire comprendre aux apprenants l'intérêt de la formation (intéressant s'ils la font par obligation) et de leur expliquer la pédagogie qui va être utilisée durant ce temps de formation. Le programme détaillé de la formation peut aussi être présenté à la fin de l'introduction.


Points de vigilance :

Il faut essayer d'anticiper le type de réponse que peuvent donner les apprenants aux questions posées, pour être prêt à rebondir dessus. Mais il faut aussi être prêt à des réponses inattendues. Et il faut aussi être capable de continuer si les apprenants ne donnent pas les réponses attendues.

Il faut être vigilant avec les sujets ou supports utilisés pour amener ses réponses. Si l'un d'eux crée un blocage chez un ou plusieurs apprenants, il(s) ne participeront pas. Cela peut même bloquer la dynamique de tout le groupe. Et les sujets qui bloquent dépendent du public, il faut savoir s'adapter à celui-ci.

Et si ca ne marche pas ?

Si vous utilisez un support, en particulier un diaporama ou autre outil vidéo-projeté, vous n'êtes pas à l’abri d'un problème technique. Il faut alors trouver une solution: soit vous arrivez à régler le problème technique, soit vous faites votre introduction sans le support. Il est bien sûr possible aussi de ne pas faire l'introduction mais ce serait bien dommage car ce n'est pas quelque chose qu'on peut garder pour le cours suivant.

Un autre problème peut venir du groupe: si les apprenants ne se connaissent pas et ne sont pas à l'aise ils peuvent avoir du mal à prendre la parole. Parfois cela n'est pas dérangeant, cela ne veut pas dire qu'ils ne réfléchissent pas à la question dans leur tête. Mais si cela bloque la dynamique de la présentation, la solution est alors de désigner un apprenant au hasard pour qu'il réponde.


Témoignages

Pour moi l'objectif de ce cours c'est créer une dynamique de groupe, créer une motivation. Il s'agit aussi de discuter du contrat pédagogique entre moi et le groupe. [...] Je n'ai toujours eu que des retours positifs.

Imprimez la fiche
Filtrer :  20 Minutes  accountability  Action  active learning  Activités  Activities  animation  application  apprendre  Ateliers  Autonomie  Autonomy  Barcamp  biodiversity  biological control  Brise glace  case study discussion  Collaboratif  Collaborative  collective efficiency  Communication  Compréhension  Connaissance  Contact  cooperative learning  Créativité  Creativity  Curiosité  Curiosity  Développer  debate based learning  Develop  Dispositif  Dynamism  Dynamisme  Entertainment  entomology  Expression écrite  Expression orale  Fun  Game  Goose Game  Graduated  Group  Groupe  Ice Breaker  idées  Idea  inquirinquiry  Interpersonal  Interpersonnel  intervention  Introduction  jeu  jeu de l'oie  Knowledge  Learn  ludique  Méthode  Method  Mind Map  Motivation  Outil  Pédagogie  Partager  Pedagogy  Présentation  Presentation  progressive  Project  project-based learning  Projet  real-world problem  Relation  Relationship  Représentation  Representation  Rhythm  rythme  self-monitoring  Share  Speaking skills  student-driven learning  taxonomy  Tool  Understanding  WorkShop  World Café  World Coffee  Written expression