En direct
CultureSciences
Mardi 7 novembre à partir de 18h00

Montpellier SupAgro

Espace témoignages

Tristan Berchoux - Ingénieur dans les pays du Sud

Tristan Berchoux "le vrai plus c'est la démarche et la posture professionnelle qui nous y est enseignées"

16/04/2014
 
Tout d'abord, pourquoi avoir choisi la formation à l'IRC?
 
À l’issue de mes deux années de classe préparatoire BCPST, je cherchais à intégrer une école me permettant de me tourner vers le développement international, avec une approche pluri-disciplinaire alliant sciences agronomiques et sciences humaines (sociologie, économie, sciences politiques). C’est ainsi que j’ai découvert l’Institut des Régions Chaudes de Montpellier SupAgro, qui était la seule école à proposer une telle démarche. J’ai donc intégré le cursus SAADS. Après le tronc commun de 3 semestres, j’ai choisi l’option Développement Agricole et Social. J’ai ensuite fait une césure dans le cadre de ma formation, avec des stages à l’étranger. Cela m’a permis de partir 10 mois au Vietnam dans un projet de développement économique via le micro-crédit, puis au Tchad pendant 5 mois dans une mission de sécurité alimentaire.
J’ai ensuite choisi l’enseignement de spécialité MOQUAS, qui m’a permis d’apprendre de nombreux outils relatifs à l’élaboration, la mise en place, mise en œuvre et évaluation de projets de développement. J’ai fini par un stage ingénieur que j’ai effectué en Tanzanie et Ouganda sur les problématiques d’accès au marché des agriculteurs.

Quels sont les plus de la formations?

Les enseignements sont de qualité et les outils d’ingénieur que nous apprenons sont pertinents. Mais le vrai plus c'est la démarche et la posture professionnelle qui nous y sont enseignés. En effet, l’approche est multi-disciplinaire et surtout systémique. Nous apprenons à croiser les observations de terrain à différents niveaux, à croiser différentes méthodes ou référentiels de différentes disciplines, afin d’avoir une compréhension globale. De plus, nous apprenons une posture éthique pour le terrain comme en entreprise, ce qui est apprécié dans le monde professionnel.
La formation permet aussi de choisir certains modules, ce qui m'a permis de m'inscrire à des cours en technique agronomique. Je souhaitais avoir ces connaissances techniques car je voulais m’orienter par la suite vers la spécialité MOQUAS qui privilégie une approche par les sciences économiques et sociales.

D’autre part, nous avons la chance de pouvoir faire de nombreux stages collectifs, ce qui nous permet de rapidement appliquer ce que nous apprenons. Cela nous permet aussi d’acquérir une grande autonomie dans le travail, mais aussi d’un point de vue général. C’est essentiel pour intégrer le milieu professionnel du développement.

Enfin, le mémoire final qui nous est demandé n’est pas un simple mémoire d’ingénieur. Il faut en effet répondre à une demande professionnelle en mobilisant et croisant théorie et opérationnel. Cela permet d’avoir un regard transversal sur les problématiques actuelles de développement international.
 
Quel métier envisages tu?
 
Je suis actuellement en train de poursuivre mes études par un doctorat en géographie à l’Université de Southampton (UK) qui porte sur l’étude des relations entre occupation des sols, vulnérabilité au changement climatique, migrations économiques et pauvreté dans les zones de delta (delta GBM au Bangladesh/Inde et delta Volta au Ghana). Ce doctorat s’intègre au sein d’un projet plus large qui consiste à étudier l’impact du changement climatique dans les zones de delta afin d’orienter les politiques publiques des pays concernés.
 
Pour la suite, je souhaiterai poursuivre ce type de travail à l’interface entre les acteurs du développement, et notamment à faire du lien entre organismes de recherches, institutions internationales, société civile et les acteurs de terrain.


L'ambiance de l'école sur Montpellier?

La vie à Montpellier est vraiment très plaisante. La mer n’est pas loin, et l’arrière-pays est magnifique. Les campus de Montpellier SupAgro sont grands et très verts, et le campus de l’IRC est entouré de bois. La vie étudiante est active sur les campus, avec toutes sortes d’activités proposées, tant artistiques que sportives, avec des salles équipées qui leurs sont dédiées.

Au niveau des promotions de l’IRC, l’ambiance est très familiale, avec des repas « Tour du Monde » organisés pour rendre compte de la diversité d’origine des étudiants. Les enseignants-chercheurs et personnel sont aussi de la partie ce qui permet de créer une ambiance différente de la traditionnelle relation enseignant-enseigné.

Date de dernière mise à jour : 20/11/2015